Victor Hugo : Les travailleurs de la mer

Victor Hugo : Les travailleurs de la mer Tant qu’on est deux, la vie est possible. Seul, il semble qu’on ne pourra plus la traîner. On renonce à tirer. C’est la première forme du désespoir. Plus tard on comprend que le devoir est une série d’acceptations. On regarde la mort, on regarde la vie, et ...

Jean-Jacques Rousseau : Lettre à monseigneur de Beaumont

Jean-Jacques Rousseau : Lettre à monseigneur de Beaumont Tels sont les hommes: ils changent de langage comme d’habits; ils ne disent la vérité qu’en robe de chambre; en habit de parade ils ne savent plus que mentir; et non seulement ils sont trompeurs et fourbes à la face du genre humain, mais ils n’ont pas ...

Jean-Jacques Rousseau : Lettre à d’Alembert sur les spectacles

Jean-Jacques Rousseau : Lettre à d’Alembert sur les spectacles La solitude calme l’âme et apaise les passions que le désordre du monde a fait naître. Loin des vices qui nous irritent, on en parle avec moins d’indignation; loin des maux qui nous touchent, le coeur en est moins ému. Depuis que je ne vois plus ...

Albert Camus : L’envers et l’endroit

Albert Camus : L’envers et l’endroit Je rencontre parfois des gens qui vivent au milieu de fortunes que je ne peux même pas imaginer. Il me faut cependant un effort pour comprendre qu’on puisse envier ces fortunes. Pendant huit jours, il y a longtemps, j’ai vécu comblé des biens de ce monde: nous dormions sans ...

André Lemoyne : Les roses d’antan

André Lemoyne : Les roses d’antan Le poète et l’hirondelle: Voici venir l’automne, hirondelle frileuse.Bientôt s’effeuilleront mes rosiers défleuris.Un ciel brumeux et noir s’étendra sur Paris,Et tu me quitteras, petite voyageuse.Hirondelle, où vas-tu quand tu me dis adieu? Je passe tous les ans la Méditerranée.J’habite, sur un fleuve, une île fortunéeOù la pervenche est rose ...

André Marie de Chénier (André Chénier) : Poésies choisies

André Marie de Chénier (André Chénier) : Poésies choisies Hâtons-nous, l’heure fuit. Hâtons-nous de saisirL’instant, le seul instant donné pour le plaisir.Un jour, tel est du sort l’arrêt inexorable,Vénus, qui pour les dieux fit le bonheur durable,A nos cheveux blanchis refusera des fleurs,Et le printemps pour nous n’aura plus de couleurs. citation du jour

Paulo Coelho : Aleph

Paulo Coelho : Aleph La tradition dit que chacun découvre, à la seconde qui précède sa mort, la vraie raison de l’existence. Et à cet instant précis naît l’enfer ou le paradis. L’enfer, c’est regarder en arrière en cette fraction de seconde et savoir que nous avons perdu une occasion de donner de la dignité ...

Marceline Desbordes-Valmore : Les pleurs

Marceline Desbordes-Valmore : Les pleurs Et toi, dors-tu quand la nuit est si belle,Quand l’eau me cherche et me fuit comme toi!Quand je te donne un coeur longtemps rebelle?Dors-tu, ma vie! Ou rêves-tu de moi? Démêles-tu, dans mon âme confuse,Les doux secrets qui brûlent entre nous?Ces longs secrets dont l’amour nous accuse,Viens-tu les rompre en ...

Louise Victorine Ackermann : (Oeuvre inconnue)

Louise Victorine Ackermann : () L’homme: Misérable grain de poussièreQue le néant a rejeté,Ta vie est un jour sur la terre;Tu n’es rien dans l’immensité.[…]Ta mère en gémissant te donna la naissance:Tu fus le fils de ses douleurs;Et tu saluas l’existencePar des cris aigus et des pleurs.[…]Sous le poids de tes maux ton corps usé ...

Henri François Joseph de Régnier : Premiers poèmes

Henri François Joseph de Régnier : Premiers poèmes Nocturne: Le souffle lent du soir défleurit les lilasAmoncelant au pied d’odorantes jonchéesDe ces petites fleurs qui craquent sous mes pas. Mon âme est douloureuse et mon coeur est très las. Sur la toiture, des colombes sont perchéesAttristant l’air du soir d’un long roucoulement;Il tombe de leurs ...