Citations quotidiennes du 04-07-2019

Ajouter un commentaire

Pleurer sa mère, c’est pleurer son enfance. L’homme veut son enfance, veut la ravoir, et s’il aime davantage sa mère à mesure qu’il avance en âge, c’est parce que sa mère, c’est son enfance. J’ai été un enfant, je ne le suis plus et je n’en reviens pas.
Albert Cohen (Le livre de ma mère, p.33 Folio no. 561)

Au théâtre, lorsqu’il faut absolument choisir entre l’invraisemblance matérielle et l’invraisemblance morale, l’art supérieur choisit toujours la première.
Albert Guinon (Remarques dans Le Figaro – Supplément littéraire, 29 mai 1909)

La popularité peut suivre ceux qui se hâtent ; la gloire est à ceux qui savent attendre.
Louis Bouilhet (Fragment d’une lettre adressée à M. Frédéric Plessis cité par Gérard Walch dans Anthologie des Poètes Français Contemporains, Delagrave, 1906.)

On vit petitement si l’on pense petitement. On vit librement si l’on pense librement. La pensée n’est jamais sans conséquence sur notre existence, personnelle ou collective.

Roger-Pol Droit (La philosophie expliquée à ma fille, p.11, Seuil, 2004)

Il faut parfois toute une existence pour parcourir le chemin qui mène de la peur et l’angoisse au consentement à soi-même. À l’adhésion à la vie.

Charles Juliet (Dans la lumière des saisons, p.53, P.O.L, 1991)

Laisser une réponse